¡A Tomar Viento!

Viaje a vela por el Mediterráneo

Minorque – Espagne

Nous voià arrivés sur le sol espagnol !

Nous connaissons Minorque (Menorca en espagnol) depuis notre précédent séjour en juin 2017. Nous avons passé un peu plus de deux semaines dans la région, longeant les côtes de Majorque et du sud de Minorque.

Une partie du port de Mahòn

Nous n’avions pas eu l’occasion de visiter Mahón. C’est maintenant chose faite. Et nous avons fait 1 pierre 3 coups :

  1. Faire un arrêt avant notre retour à Barcelone
  2. Profiter de la fête de Mahón
  3. Fêter l’anniversaire de Chema

Une des rues de la jolie ville de Mahòn.

La fête de Mahón est une coutume du l’île. Tout comme au mois de juin, lors de la Saint Juan à Ciutadella (à l’ouest de l’île), des cavaliers défilent dans les rues principales de la petite ville. Les rues menant aux places principales sont sablées afin de supporter les nombreuses allées et venues des étalons. Lorsqu’ils sont près de la foule, les chevaux se lèvent sur leurs pates arrières et les spectateurs crient de joie. C’est impressionnant.

 

Durant les 3 jours que durent la fête, les bars sont équipés pour servir de grandes quantités de bière (Mahou, Estrella…) et de Pomada (boisson alcoolisée a base de citron et de gingembre). On y trouve de quoi se restaurer et une petite fête foraine.

Les mascottes

Les piments colorés dans les étalages de produits régionaux.

La photo à ne pas manquer !

Notre capitaine dans sa nouvele chemise grecque ! 😉


Après avoir profité des festivités, nous avons poursuivis notre chemin.

Nous avons fait une courte escale à Sa Torrota qui nous a agacé.

Je vous explique :
Nous avons posé l’encre près du village de Binibequer afin d’effectuer quelques courses. En effet, tout était fermé à Mahón et il nous fallait tenir quelques jours.
A peine le pied à terre, le dinghy encore en partie à l’eau, un sauveteur vêtu de rouge est venu nous expliquer que nous n’avions le droit de laisser le dinghy que 20 min. Un peu comme les parking devant les commerces en centre ville.
Sauf que là, le magasin était à 8 min à pieds. Nous avons donc couru jusqu’au petit magasin et fait nos achats en gardant les yeux sur l’horloge, la menace de la venue de la police pour nous retirer notre petit bateau planant sur nos épaules. Nous l’avons récupéré sans un mot et sommes répartis en mer.

Encore et encore, des hommes, des responsables, des communes, se donnent le droit d’inventer des règles idotes.
A quoi bon autoriser les dinghy sur la plage 20 min. Avec cette loi, impossible de prendre un verre ou de faire bronzette. Pourquoi croient’ils que nous ayons besoins de debarquer si ce n’est pour visiter, se détendre, nous restaurer ou faire des achats ? Pourquoi ne pas créer un emplacement réservé et limité afin de ne pas gêner les baigneurs ? Comment font les autres plaisanciers ?

A cette dernière question, je pense avoir la réponse : les plus riches ont un équipage de marins pour les amener à la plage à l’aide d’un dinghy à moteur, puis ils les attendent au bateau. Le dinghy n’a donc pas besoin de rester à terre.

Le sauveteur nous a dit que nous pouvions aussi venir en nageant pour profiter de la plage !… Dans ce cas, je pense que la police nous cueillerait en ville pour exibitionisme. Sinon il faut arriver avec des vêtements trempés dans le restaurant si nous souhaitons déjeuner en ville. Ou alors cela nous oblige a avoir un de ces sac ultra hermétique… bref… encore une loi abusive pour embêter le monde.


Apres cette mauvaise experience nous avons été contents de retrouver une des calanques que j’avais particulièrement apprécié il y a un peu plus d’un an : Calas Coves.

L’eau y est azur, les roches qui l’entourent sont remplies de cavernes et de grottes, la faune aquatique y est importante et le lieu est calme et reculé.

Le soleil n’était pas de la partie et nous avons même eu un orage. Pourtant cela reste un lieu particulier et agréable.

Le lieu suivant nous a rappelé d’autres bons souvenirs : Cala Trebalúger.
Nous avons profité de la seule journée de soleil en lisant sur la plage et à l’ombre de pins dans un hamac.

Puis nous avons remonté le fleuve / rivière qui débouche presque dans la mer. L’eau verte et odorante y est calme et tranquille. La végétation des marécages qui nous entouraient était apaisante. J’aime beaucoup cet endroit.

Sur le retour, nous avons croisé un homme qui se dépêchait de visiter les lieux car, nous a t’il dit en espagnol, un père et son fils jouaient avec une petite pèle a sable et de fil en feuille, la fine couche de sable qui séparait la mer de l’eau douce s’est fait emporter par les courants.

Pas trop sûrs d’avoir compris nous avons rejoint l’embouchure et en effet, la zone empruntée pour passer des rochers a la plage, passant entre la rivière et la mer, était remplacée par un un courant vert et puant se jetant dans l’eau cristalline et azur.
Au bout d’un moment, tous les baigneurs ont quitté l’eau, qui n’avait plus rien d’attraillante. La nature est trop forte !


Nous avons ensuite rejoint la pointe ouest de l’île afin de nous rapprocher le plus possible de Barcelone. Nous n’avons plus qu’à attendre le bon moment pour traverser.
En attendant, nous nous sommes offerts un excellent dîner.

C’est bientôt la fin de cette incroyable aventure !

Précédent

Traversée Sardaigne – Minorque

Suivant

  1. romane rose

    Quelle belle aventure et encore super merci de la partager 🙂 Bisous Milie 🙂

  2. Nadia

    Bonsoir,
    Bon Anniversaire Chema, jolie chemise ! Très belle photo de vous deux avec vos gobelets accrochés autour du cou !!!
    Pour votre dernière escale avant Barcelone, je vois que vous en avez bien profités à Mahon… Ah les chevaux !!! quelle chance ! très belle photo avec le cheval (je devine que là aussi tu as pensé à moi)
    Pas mal votre aventure avec le dinghy, c’est vraiment du n’importe quoi…
    Mille mercis pour tous ces beaux moments vécus ensemble, pendant une année, par l’intermédiaire du blog, j’ai appris énormément en géographie !
    merci, merci, merci…. à vous deux et à bientôt
    maman

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.