¡A Tomar Viento!

Viaje a vela por el Mediterráneo

Aventure de la lessive à Palerme

Comme souvent, je m’occupe de la « corvée du linge ». J’enfourne nos vêtements sales dans un grand sac à dos, j’enfile mes chaussures de marche et me voilà partie en direction de la laverie la plus proche. Cette fois, comme souvent malheureusement, ce fut une véritable expédition !

Selon Google Maps, la boutique se trouvait à 20 min à pieds, direction Nord. Arrivée sur place, je me rends compte qu’elle n’est pas automatique.

Je prends donc la direction de la deuxième laverie, de nouveau à 20 min à pieds de ma position, direction Sud cette fois. Je reviens presque sur mes pas. Je suis dépitée mais habituée ! Je fais souvent face à une porte close pour fermeture exceptionnelle ou autre…

Google dit : 47 min à pieds cette petite promenade avec mon linge sur le dos. C’est plus loin que la buanderie ! XD

Si vous vous le demandez, j’ai fais un détour par la poste 😉

Lors de mon attente devant la machine qui lessive mon linge, la pluie se met à tomber en trombe. Moi qui pensais faire sécher le tout à l’air libre ! J’en ai pour 30 min de plus à attendre pour que le sèche-linge fasse son œuvre.

Pourquoi je vous raconte tout ça ? Parce qu’en plus du travail que demande les allers-retours à la laverie, le faire à Palerme et tout bonnement désagréable.

Les rues ne sont pas faites pour les piétons. D’innombrables voitures se garent et empêchent les passant de circuler entre les rues. Il faut chercher une issue, se contorsionner et faire des détours simplement pour passer d’un trottoir à l’autre.

Mis à part la voiture bleu à droite de la photo, toutes les autres sont à l’arrêt.

De nombreux véhicules, bennes, poubelles et autres obstacles encombrent la chaussée et les passages piétons presque effacés. L’encombrement des chaussées empêchent une bonne visibilité pour les voitures et pour nous même.

Les trottoirs sont défoncés par le temps, dangereux et incommodes. On risque de se tordre la cheville à tout moment.

Et lorsque la pluie s’y met, c’est un carnage. Les égouts ne supportent pas et en quelques minutes, tous les caniveaux débordent. J’ai rapidement abandonné lorsque l’eau à atteint les chaussettes jusqu’aux chevilles en 2 minutes. Comment font les belles italiennes avec leurs talons magnifiques ?!

C’est simple… elles ont une voiture.

L’entrée du port est également cernée par les eaux, les camions (semi-remorques) qui vont et viennent ainsi que les bennes de poubelles. On y rencontre ici aussi beaucoup de déchets et de bateau semblant être abandonnés. Sur 200 mètres, j’ai aperçu 3 préservatifs (usagés bien entendu). Génial !

Je n’ai pas pris de photo, je ne voulais pas entrer dans le gore.

Bref, Palerme, si l’on sort des quelques rues touristiques du centre – si l’on y vit – c’est un carnage !

Ne nous arrêtons pas à cela, bientôt, je vous expliquerai ce que cette ville a de mieux. À bientôt !

 

 

Précédent

Trapani en Sicile – Italie

Suivant

Palerme en Sicile – Italie

  1. nadia

    Hou la la, c’est pénible la lessive chez vous !
    Tu m’a bien fait rigolée car je t’imaginais très bien slalomer entre les voitures et sauter au dessus des flaques d’eau hi hi hi…
    En tout cas, vu tes photos, on ne dira plus que nos voisins se garent mal, y a pire !!!
    Bon courage à vous deux
    Bisous et salutations au Capitaine
    maman

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.