¡A Tomar Viento!

Viaje a vela por el Mediterráneo

Preveza – Grèce

Le jour suivant, nous sommes allés à Preveza (Πρέβεζα), à l’entrée du golfe Ambracique.

Javi a été plus rapide et a eu le temps d’arriver à destination, de manger et de repartir. Les croiser alors qu’ils sortaient était super amusant ! D’ailleurs ça s’entend à ma voix sur la vidéo ci-dessous.

Toutes mes excuses pour l’inclinaison de la vidéo. J’étais au timon et j’ai demandé au capiaine de filmer. On ne peut pas être doué partout ! Ha ha ! 

Nous avons eu des difficultés lors de l’amarrage à Preveza. Nous avons d’abord tenté de nous amarré « à la grecque ». C’est-à-dire : poser l’encre et approcher tout doucement la poupe (arrière du bateau) du quai, puis fixer le tout à l’aide de cordages.

Nous pensions avoir réussi jusqu’à entendre et sentir le bateau choquer contre la pierre. Horreur ! Non j’exagère. C’est juste que j’étais en plein « rafraichissement » ; comprenez sans vêtements. Sortant en vitesse de la petite salle de bain, j’ai enfilé ce qui me tombait sous la main et j’ai rejoint capitaine afin de maintenir le bateau.

Les courants nous portaient contre le quai et il nous semblait impossible de tirer davantage sur l’encre. C’est ça le problème de ne pas avoir de moteur. Nous avons décidé (le capitaine a dit) d’aller poser l’encre un peu plus loin. Dinghy nous permettra de mettre pied à terre comme d’habitude.

Mais le lendemain, les courants et les rafales de vents (plus fortes que les prévisions) faisaient dangereusement rapprocher Calma d’un voilier voisin. Nous avons tenté de quitter l’encre pour finalement changer complètement de site mais, sans moteur pour quitter la chaine (encore le même problème), impossible de soulever les 20 kg de l’encre, ajouté aux 20 mètres de chaines et 10 mètres de câblage, dans ces courants contraires. Bref, nous avons pris notre mal en patience et sommes restés à l’afflux en attendant que Mère Nature se calme. Ce qui est arrivé en début d’après-midi.

Par chance, nous avions fait le tour de la petite ville la veille au soir.

 

La rue piétonne face au quai

Les rues fleuries

De nombreux chats et chiens errantsLes quais sont très jolis et remplis de « tavernas » pour y boire un café ou une bière en fin de journée.

Quelques rues plus loin, une zone semble complètement réservée aux restaurants.

Nous avons aperçu des danses typiques du pays.

Et avions hâte de dîner car le frigo s’était trop rapidement vidé et nous étions morts de faim !

Résultat, nous avons trop mangé et surtout, beaucoup trop de fritures ! Mais c’était trop bon…

Des aubergines frits avec sa sauce Salsiki

Nous avons goûté le souvláki (σουβλάκι). C’est une borcette de viande (de porc ici) avec quelques poivrons, le tout grillé. Rien de très surprenant pour moi qui en mange réhulièrement en barbecue.

Des calamars frits et souvláki

Afin de repartir, nous sommes repassés par le même chemin. En effet, comme Preveeza se trouve dans le Golfe Ambracique (Αμβρακικός κόλποςAmvrakikós kólpos) qui est presque entièrement clos. Il faut passer un couloir étroit pour y entrer et sortir, signalé pas des bouées vertes et rouges.

Il y a pas mal de passage et on a l’impression d’être sur une route, chacun « roulant » à droite.

Les courants s’y mélangent et se rencontrent formant des mouvement étranges à la surface de l’eau.

 

Précédent

Île d’Antipaxos – Grèce

Suivant

Île de Meganisi – Grèce

  1. nadia

    Dame Nature est vraiment contrariante et s’amuse avec vous !
    Elle est très jolie cette petite ville, bien propre et bien fleurie !
    Par contre, ces animaux errants me font pitié.
    Cette fois-ci votre nourriture semble vraiment trop grasse à mon goût !!!

    Profitez-en bien et à bientôt
    maman

  2. Manon

    Trop bien qu’il y ait un spectacle en plein air pile au moment où vous y allez !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.